L’humain augmenté (ICN)

Ecole : ICN Business School 

Responsables

M. Didier FASS 
ICN Business School
<didier.fass@icn-groupe.fr>
www.icn-group.fr

M. Laurent Ciarletta
Mines Nancy 

Thématique

Un thème : « l’humain augmenté ». Deux dispositifs : drone et exosquelette. Un atelier par projet en entreprise ou à l’hôpital et dans un laboratoire (LORIA). Une mission réelle de création et de conception confiée aux élèves. Séminaires de sensibilisation à la problématique avec des professionnels et avec des chercheurs. Manipulation d’outils : objets intelligents connectés et mobiles, imprimantes 3D, imagerie numérique, simulation virtuelle… Rechercher et développer des solutions du futur pour « l’humain augmenté », les mettre en œuvre, les tester ! Les exosquelettes au service de la médecine : la fabrication par impression 3D d’exosquelettes de contention ou de suppléance questionne les pratiques thérapeutique et de réadaptation en traumatologie et orthopédie. Votre mission, si vous l’acceptez, sera de comprendre la problématique d’extension du corps appliquée à la conception (design) des prothèses et des orthèses médicales. Vous serez amenés à proposer des solutions innovantes pour ces dispositifs (passif ou robotisé), à les produire en laboratoire et à les expérimenter avec des praticiens (médecins, orthoprothésistes, kinésithérapeutes…) dans un service hospitalier.
Unmanned vehicle (drone) : La maturité des technologies de véhicules autonomes permet de concevoir de nouveaux services. Par delà la prise de vue ou la livraison de paquets, il est possible de penser le « drone » comme une extension des capacités de perception et d’action d’une personne. Votre mission si vous l’acceptez sera de comprendre la problématique d’extension du corps et d’intégration humain machine dans le contexte de téléopération en environnement sécurité critique. Vous serez amené à proposer des solutions innovantes intégrant personnes, robots et des drones dans un contexte industriel. Il propose une expérience hyperconcrète de projets uniques vers l’infini et au-delà.

Méthode pédagogique

​Le temps de la découverte, de l’observation et du diagnostic de mi-octobre à mi-décembre : avec comme consigne « soyez des anthropologues sur mars ! ». Les élèves doivent découvrir et observer le territoire de l’atelier dans toutes ses dimensions métiers, scientifiques et pratiques, artistiques et techniques, humaines et organisation- nelles, symboliques et anthropologiques. De cette appropriation du thème de l’humain augmenté, les élèves dégagent des images, des éléments constatés qui selon eux posent problèmes et sont les sources potentielles de solutions innovantes pour chacun des dispositif. Les résultats de cet « audit » et des diagnostics font l’objet de présentations et de discussions avec les différents partenaires professionnels. Les échanges et le dialogue avec les élèves sont constants, l’accompagne- ment, pour ne pas dire le compagnonnage, permet l’évolution d’une posture d’élèves passifs à celle de professionnels actifs.
À chaque séance, les élèves rédigent une note de synthèse des tâches effectuées et devant être réalisées lors de la séance suivante. Ils utiliseront des techniques de creative thinking. Le temps de l’invention, de la conception et de la réalisation de janvier à fin mai : une fois le diagnostic posé et les constations exposées clairement : les élèves doivent formuler de façon simple et compréhensible la question ou le problème qu’ils se proposent de résoudre. Après validation par les partenaires, les élèves doivent concevoir les solutions à développer et réaliser des prototypes fonctionnels. La présentation de ces solutions possibles fait l’objet d’une présentation argumentée sous forme de story-board, de maquettes animées ou de simulation.
À ce stade les élèves, présentent leurs propositions aux professionnels impliqués qui décideront de la mise en expérimentation réelle. La décision de produire ou non la solution proposée repose désormais sur la capacité professionnelle des élèves à convaincre sur la forme et sur le fond les décideurs en étant capable de répondre aussi bien à des questionnements « art, science, technique ou management » et humain. Ceci préfigure leur activité professionnelle en devenir.
Si la solution est acceptée, l’équipe réalise avec l’aide du LORIA et des partenaires (faculté de médecine et entreprises) la production d’un prototype et son expérimentation. L’objectif est de valider la pertinence opérationnelle de leur solution.
– analyser une situation complexe et en faire la synthèse pertinente ;
– résoudre des problèmes conceptuels et pratiques en élaborant une solution adaptée et innovante ;
– décider en acteur éthique et responsable ;
– communiquer efficacement, aussi bien à l’écrit qu’au digital ; – s’adapter et s’intégrer avec aisance dans en environnement pluridisciplinaire ou multi- culturel ;
– mettre à jour et étendre les connaissances et les compétences Artem ;
– travailler en groupe et gérer une équipe en mode projet ;
– développer les capacités de création et de production innovante pragmatique.

Evaluation

​– semestre 1 : autoévaluation
– semestre 2 : réalisation d’un projet en situation et évaluation avec les professionnels et chercheurs partenaires.